Manger l’autre – Ananda Devi

manger l'autre Ananda Devi.JPG

Résumé : Une jeune adolescente, née obèse, mange, grossit et s’isole. Sa mère s’enfuit, horrifiée par son enfant. Ses camarades de classe la photographient sans répit pour nourrir le grand Œil d’internet. Son père, convaincu qu’elle aurait dévoré in utero sa jumelle, cuisine des heures durant pour nourrir «  ses princesses  ». Seule, effrayée par ce corps monstrueux, elle tente de comprendre qui elle est vraiment. Quand elle rencontre par accident l’amour et fait l’expérience d’autres plaisirs de la chair, elle semble enfin être en mesure de s’accepter. Mais le calvaire a-t-il une fin pour les êtres «  différents  »  ?
Conte de la dévoration et roman de l’excès, Manger l’autre est une allégorie de notre société avide de consommer, obsédée par le culte de la minceur et de l’image conforme.
Avec force, virtuosité, et humour, Ananda Devi brise le tabou du corps et expose au grand jour les affres d’un personnage qui reflète en miroir notre monde violemment intrusif et absurdement consumériste.

Mon avis : « Je me dévore dans une exquise absence de souffrance ». L’histoire est en huis clos et tourne autour d’un personnage autodestructeur aux appétits jamais assouvis à la limite du grotesque et dont on ne connaîtra jamais le prénom. Elle nous confie ses angoisses, ses peurs, ses frustrations et son obsession. C’est une ode à la noirceur de l’âme, de la souffrance et à la surconsommation. Un véritable coup de gueule au diktat de la beauté et de la sur-connexion. Comment ne pas penser au célèbre Gargantua de François Rabelais, au martyre de l’obèse d’Henry Béraud  ou bien à l’Œdipe toi-même de Freud.  J’ai mis du temps à le digérer, à l’assimiler mais j’y suis parvenu grâce à la pointe d’humour que glisse Ananda Devi. C’est un roman bouleversant qui nous questionne et nous bouleverse. Bref, un roman qui se déguste…

Ananda Devi romancière d’origine mauricienne à écrit plusieurs livres depuis 1977, elle a reçu différents prix et distinctions notamment le prix des cinq continents de la francophonie en 2006, le prix Louis Guilloux en 2010 ainsi que la distinction des Chevaliers des Arts et des Lettres en 2010. Ananda Devi était auparavant aux éditions Gallimard

Roman paru aux éditions Grasset en janvier 2018

Jetez-y un coup d’œil : Editions Grasset

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s