Les corps célestes – Nicolas Bréhal

Les corps célestes

Résumé : Baptiste raconte son étrange amitié pour Vincent. Dès les années collège, ils sont à l’opposé l’un de l’autre. Baptiste, qui ignore le désir charnel, accorde une importance mystique au ciel, cette voûte infinie au-dessus de nous, parce que la terre lui inspire la solitude, le désordre et le doute. Vincent, lui, est attiré par les deux mondes: terrestre et céleste. Il aime les femmes mais on dirait qu’il ne sait comment mener son existence. Pourtant, Baptiste et Vincent sont plus qu’inséparables, complémentaires. Après une longue séparation, ils se retrouvent. Vincent est marié à une comédienne très séduisante, Mathilde, qui confond le théâtre et sa vie. Mais il continue, presque malgré lui, à étendre ses conquêtes. Vincent a une relation avec Constance, jeune étudiante bourgeoise et cultivée, prostituée à ses heures. Puis, trouvant les plaisirs terrestres insuffisants, il approchera les mystère amoureux de l’abstraction surnaturelle. Comme autrefois, Baptiste sera plus que l’ami de Vincent. Il vivra sa vie, comme un double, un alter ego.

Mon avis :  Ce roman a eut le pouvoir de me transpercer.            Quelle puissance!
Baptiste et Vincent unit par une amitié amoureuse, ils ne peuvent vivre l’un sans l’autre même si tout les opposes. A deux, il ne font qu’un, dans une décadente adversité. Leur amour est réel, profond et fusionnel parfois ambiguë mais il est véritable, platonique. Tout deux élèves puis professeurs en philosophie nous trace le portrait de l’amour, du pouvoir de l’illusion et du destin. Un magnifique duo que Paris met en scène. Nicolas Bréhal nous signe ici, une véritable merveille dont je me suis délecter. J’y retrouve la puissance des mots, la complexité des émotions et une sensualité omniprésente typique de la plume de cet auteur. Je vous conseille vivement de le lire, de vous en inspirer  et surtout, de l’aimer.

Extrait choisi : Le ciel sans aucun nuage, parfaitement bleu et lumineux, confère au monde une stabilité soudaine. À première vue, il donne l’impression que le temps ne passe plus et qu’une telle limpidité, à la mesure de l’infini, nous protège de tout désordre…
Avec Vincent, tout avait débuté dans le fantasme (pendant un temps, il avait été la métaphore vivante de quelques illusions et émotions). Maintenant, c’était autre chose : le rapprochement créait un vrai désir, un sentiment qui ne m’agitait plus, et en lequel j’acceptais d’engager ma responsabilité. Hors de ce qu’il continuait à symboliser pour moi, je sentais mon réel pouvoir à cerner toute demande ou toute attente de sa part, dont ma réponse l’eût encouragé à vivre.

Quelques mots sur l’auteur : Je ne veux pas réitérer ici la présentation de cet auteur, je vous laisse jeter un œil sur un article que je lui est déjà consacré juste ici ⇒ Le sens de la nuit 

« Pour qu’un livre soit inoubliable, il doit donner l’éternel regret qu’on ne l’ait pas écrit. »

Un immense merci pour votre soutien. C’est toujours un réel plaisir de voir que « mon travail » ne vous laisse pas indifférent. 😉

Amicalement vôtre

Hanae

 

2 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Monsieur R. dit :

    Une critique qui donne envie de plonger dans troublante histoire d’amour !

    Aimé par 1 personne

    1. En effet, on s’y plonge et on aime 😉

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s