La papeterie Tsubaki – Ogawa Ito

La papeterie Tsubaka - Ogawa Ito

Résumé :  A vingt-cinq ans et la voici de retour à Kamukara, dans la papeterie que lui a léguée sa grand-mère. Le moment est venu pour elle de faire ses premiers pas comme écrivain public, car cette grand-mère, une femme exigeante et sévère, lui a enseigné l’art difficile d’écrire pour les autres.
Le choix des mots, mais aussi la calligraphie, le papier, l’encre, l’enveloppe, le timbre, tout est important dans une lettre. Hatoko répond aux souhaits même les plus surprenants de ceux qui viennent la voir : elle calligraphie des cartes de vœux, rédige un mot de condoléances pour le décès d’un singe, des lettres d’adieu aussi bien que d’amour. A toutes les exigences elle se plie avec bonheur, pour résoudre un conflit, apaiser un chagrin.
Et c’est ainsi que, grâce à son talent, la papeterie Tsubaki devient bientôt un lieu de partage avec les autres et le théâtre de réconciliations inattendues.

Mon avis : Quelle lecture étonnante rythmée avec lenteur et délicatesse sur l’art de vivre à la japonaise et l’univers extrêmement codifié d’un métier particulier qu’exerce notre narratrice Hatoko dite Poppo… Écrivain public.
Descendue d’une longue lignée d’écrivain public, Hatoko va faire ses armes auprès de son maître – qui n’est autre que sa grand-mère – sur l’art très maîtrisé des Kanjis, Irakana et Katakana.
De sa plume, elle calligraphie avec volupté et élégance des lettres en tout genre.
Vous souhaitez envoyer un lettre d’amitié, un faire-part pour un mariage, une naissance ou une simple missive. Rentrez donc dans la papeterie Tsubaki ou Hatoko vous accueillera autour d’un thé, cernera votre demande et votre personnalité pour donner naissance à une oeuvre d’art épistolaire. Voilà un roman rempli d’allégresse et de poésie ou l’air du numérique – textos, e-mails – sont mis au placard pour n’en garder que l’essentiel.

« C’est avec le corps qu’on écrit » 

Un magnifique roman que je vous conseille fortement. La plume d’Ogawa Ito est douce, veloutée et orchestrée par les quatre saisons de Kamakura.  

Extrait choisi : « Sur la vielle porte à deux battants vitrés en haut figurent les mots papeterie à gauche et Tsubaki à droite. Tsubaki, comme le grand camélia du Japon qui se dresse à l’entrée, véritable sentinelle chargée de protéger la maison.
La plaque en bois fixée à côté de la porte a beau être noircie, en regardant bien, on arrive à déchiffrer le nom d’Amemiya, tout délavé. Deux caractères d’une grande simplicité, mais magnifiques. Comme le nom de la boutique, c’est l’Aînée qui les a écrits.
La famille Amemiya est une lignée d’écrivains calligraphes qui remonte, paraît-il, à l’époque d’Edo, au XVII ième  siècle. Autrefois ils faisaient office de secrétaire et prenaient la plume pour les nobles et les seigneurs. Evidemment, avoir une belle écriture était une condition fondamentale.
Plus tard, à l’époque d’Edo, des femmes ont rempli ce rôle dans l’entourage féminin su shogun, au service de l’épouse officielle et des concubines aussi. L’une d’entre elles aurait fondé notre lignée. Depuis les femmes Amemiya sont écrivains publics et calligraphes de génération en génération. »

Quelques mots sur l’auteur : 

Ogawa Ito

Ogawa Ito est une écrivaine japonaise née en 1973 à Yamagata.
Ogawa Ito démarre l’écriture par la rédaction de chansons et de livres illustrés pour enfants. Saluée par la critique, La papeterie Tsubaki est son quatrième roman publiéaux éditions Philippe Picquier

Les précédents romans :

Le restaurant de l’amour retrouvé 
Le ruban 
Le jardin Arc-en-ciel

3 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Bookmaniac dit :

    Hi, J’ai adoré aussi…

    Aimé par 1 personne

  2. Très envie de le découvrir….. Merci

    Aimé par 1 personne

    1. Avec plaisir 😃 je te souhaite une excellente lecture

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s