Les fantômes du vieux pays – Nathan Hill

Les fantômes du vieux pays - Nathan Hill.JPG

Éditions Gallimard 2017
Collection Folio 2018

Résumé : Scandale aux États-Unis, le gouverneur Packer, candidat à la présidentielle a été agressé en public par une femme de soixante et un ans qui devient une sensation médiatique. Samuel Anderson, professeur d’anglais à l’université de Chicago, reconnait alors à la télévision sa mère qui l’a abandonné à l’age de onze ans. Et voilà que l’éditeur de Samuel, qui lui a versé une avance rondelette pour un roman qu’il n’a jamais écrit, menace de le poursuivre en juste. En désespoir de cause, le jeune homme promet un livre révélation sur cette mère dont il ne sait presque rien et se lance ainsi dans la reconstitution minutieuse de sa vie, à la découverte des secrets qui hantent sa famille depuis des décennies.

Mon avis : QUELLE CLAQUE !!!!
Voilà un véritable pavé de 950 pages d’une intensité folle. Je n’ai subi aucune longueur, aucune redondance et aucun mal-être. Bien au contraire, j’ai été happé du début jusqu’à la fin. Un roman audacieux et complexe qui tire le portait d’une Amérique dans deux époques bien différentes sans tomber dans les lourdeurs du cliché.
Nathan Hill nous offre un premier roman d’une densité maîtrisée. Au fil des chapitres nous voyageons d’une génération à une autre, d’un contexte à un autre, d’une mentalité à une autre, comme pour nous faire comprendre et apprendre qui sont vraiment tout ces personnages. Je n’ai ressenti aucune personnalité « principale » dans le roman, alors oui, il y a Samuel et sa mère qui sont l’essence même de ce livre, mais chaque personne ont un rôle tellement important à jouer que la structure de l’histoire en est riche de sens et de rebondissements.
Les idées, les décors, les tranches de vies y sont décrits avec justesse et malgré toutes les directions que l’auteur nous fais prendre, le file conducteur reste quant à lui, le même. Un véritable coup de maître pour ne perdre aucune miette de cette histoire qui soulève beaucoup plus qu’une simple femme jetant des cailloux sur un gouverneur. Beaucoup de sujet y sont traités telles que : l’addictions aux jeux vidéos, la relations élève/professeur, les histoires familiales, les non-dits, les mensonges…
Je ne souhaite réellement rentrer dans les détails, non pas par fainéantise bien au contraire, mais ce roman est dans le TROP, il y a trop de personnage, trop histoires parallèles, beaucoup de complexités narratives. Un véritable cocktail de sensations et d’émotions comme un show à l’américaine.

J’ai adoré ce roman, c’est de la véritable littérature que nous offre Nathan Hill qui a eu l’audace de nous jeter en pleine figure un aussi gros et beau pavé. Je me pose quand même une question sur son éventuel prochain roman.
Peut-il nous offrir un livre d’une aussi bonne qualité?

J’espère que mon article vous procurera l’envie de découvrir – Les fantômes du vieux pays de Nathan Hill – et de vous laisser submerger pour toutes ses magnifiques émotions

Je ne suis pas critique littéraire, je n’ai pas cette prétention là. Je vous crache avec toute spontanéité et simplicité mes émotions. Je suis un passionné… C’est aussi simple que cela 😉

Extrait choisi : « Si Samuel avait su que sa mère allait partir, peut-être aurait-il fait plus attention. Peut-être l’aurait-il davantage écoutée, observée, aurait-il consigné certaines choses essentielles. Peut-être aurait-il agi autrement, été une autre personne. Peut-être aurait-il pu être un enfant pour qui ça valait la peine de rester.
Mais Samuel ne savait pas que sa mère allait partir. Il ne savait pas qu’en réalité elle partait depuis des mois déjà – en secret, et par morceaux. Retirant des choses de la maison, une à une. Une robe de son placard. Une photo de l’album. Une fourchette du service en argent. Un édredon de sous le lit. Chaque semaine, elle prenait un objet différent. Un pull. Une paire de chaussures. Une décoration de Noël. Un livre. Lentement, sa présence s’atténuait dans la maison… »

Quelques mots sur l’auteur : 

Nathan Hill

Né à Cedar Rapids, il grandit dans le Midwest, où ses grands-parents travaillaient comme producteurs de maïs, de soja et de bétail. Pour permettre à son père de gravir les échelons au service de la gestion des magasins Kmart, ses parents déménagent successivement dans plusieurs États américains : l’Illinois, le Missouri, l’Oklahoma, le Kansas…

Il complète un baccalauréat en journalisme à l’université de l’Iowa, puis obtient une maîtrise en écriture créative de l’université du Massachusetts. Il travaille un temps comme journaliste, avant d’enseigner à l’Université de Floride et à l’Université de St. Thomas au Minnesota.

Il publie quelques nouvelles dans diverses revues avant de faire paraître, en 2016, Les Fantômes du vieux pays (The Nix), un roman qui remporte le prix Art Seidenbaum pour la première œuvre de fiction et qui est sacré, en France, Révélation étrangère du magazine Lire en 2017.

4 commentaires Ajouter un commentaire

  1. lebouquinivre dit :

    J’ai adoré ce livre qui n’a pas été beaucoup médiatisé!

    Aimé par 1 personne

    1. Oui c’est vrai. Est-ce bien qu’il a été si peu médiatisé? Ou cela donne encore plus d’ampleur à sa qualité?
      Quoiqu’il arrive j’ai ADORÉ

      Aimé par 1 personne

      1. lebouquinivre dit :

        Je ne saurai répondre mais je me dis que d’un côté je suis capable moi même de dégoter des bouquins qui m’emportent sans qu’il y ait eu une énorme promotion marketing. En tout cas je suis ravie que l’on partage la même opinion 🙂

        J'aime

  2. Oui un magnifique premier roman….. 🙂

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s