Le ventre de mes yeux – Anthony McFly

Le ventre de mes yeux.JPG

Auto édition, disponible sur Amazon
Instagram : Anthony McFly
E-mail : leventredemesyeux@gmail.com

Résumé : « Je ne sais rien de ce garçon, sinon qu’il habite ma rue et mon esprit. » Un jeune homme solitaire espionne son voisin quotidiennement. Ceci est le récit d’une soirée dans sa vie. De la soirée de sa vie.

Mon avis : L’histoire est un huis clos non pas d’un point de vue géographique et dimensionnel, mais plutôt dans les méandres psychologiques de son personnage principal, Amaury, jeune homme accablé de rigidité, de solitude et d’une étrange aversion envers quelques mots de la langue française. L’histoire se déroule donc dans son studio plus précisément face à sa fenêtre où il est confortablement installé sur une chaise en osier avec pour seules armes son imaginaire et un carnet noirci de détails relatant le quotidien de son voisin, habitant l’immeuble d’en face. Ce voisin, qui a pour habitude de vivre avec les fenêtres grandes ouvertes offre à Amaury son mode de vie et alimente l’imagination complètement fantasque de ce dernier, qui va tisser une véritable relation d’amour. En effet, sans le vouloir, sans le connaitre le voisin procure un sentiment intense, un absolu désordre et un amour sans faille à notre narrateur.. Une vie idyllique vécue par le simple pouvoir du fantasme et de l’irréel qui poussera Amaury dans des lieux où il n’a jamais osé mettre les pieds.
Le voisin est l’amour de sa vie, mais il ne le sait pas encore…
Où se trouve l’imaginaire? Où est le réel? Nous dansons entre ces deux mondes sans jamais savoir où l’on se situe exactement.
Amaury est un personnage complexe à la psychologie rigide. Sa personne nous procure toutes sortes d’émotions, soit on l’aime, soit on le déteste mais quoiqu’il advienne, il ne nous laisse pas indifférent. L’intensité de l’histoire est sans faille, les mots sont maîtrisées et la plume d’Anthony McFly nous peint un portrait sans détour. L’atmosphère et les maux y sont décrits de façon quasi chirurgicale. Le voyeurisme de son personnage et sa densité nous donnent vraiment matière à nous interroger. Après tout, la télévision nous pousse au voyeurisme. C’est une fenêtre que l’on sait malsaine mais que nous regardons quand même. Alors, qu’y a-t-il de choquant à espionner son voisin? N’avons-nous pas déjà fantasmé et imaginé un amour avec un ou une inconnu?
Nos personnages sont homosexuels, mais l’essence même du roman va au-delà de l’identité du genre. Nous sommes ici confrontés à une quette de perfection, d’une vie rêvée et de fantasmes vécus par une imagination morbide. Amaury en a t-il conscience? Va t-il faire face à la réalité? Ou va t-il répéter ce même schéma?

Pour en connaître le dénouement, je vous invite à vous procurer ce roman d’une grande qualité. Disponible sur Amazon (Lien ci-dessus)

Le ventre de mes yeux est en auto édition et, a toutes ses chances pour connaitre un éditeur. Peut-être que grâce à notre partage ainsi que notre lecture, nous pouvons contribuer à sa reconnaissance. 😉 Je le souhaite sincèrement. Alors à vos commandes et délectez-vous de cette agréable et noire histoire d’amour parsemée humour.

Extrait choisi : J’ai emménagé dans la rue du Brasier environ deux mois avant mon voisin. Lors de mon arrivée, l’appartement d’en face était inoccupé et les volets fermés. J’en étais ravi et espérais qu’ils le resteraient le plus longtemps possible : je venais de quitter le domicile familial, ses cris, ses disputes, ses réconciliations, et n’aspirais dès lors qu’à une chose : la paix. Un studio sous les toits, une dame seule pour voisine de pallier, des gens calmes au-dessous et personne en face, mon nouveau départ s’annonçait idéal…
Et portant, un soir, l’habitation inanimée reprit bien vie. Alors que je me préparais mon dîner, il me sembla distinguer un mouvement provenant du mur d’en face…
Les volets de la fenêtre de droite se mirent eux aussi à bouger, pour venir claquer contre le mur et dévoiler à mes yeux mon voisin pour la première fois. On peut dire qu’il fit dans ma vie une entrée fracassante. Tout instantanément me plut chez lui, jusqu’à sa manière d’ouvrir les volets : les deux d’un coup, les poussant avec force et scrutant du regard un point placé droit devant lui, comme si le bâtiment gris et fané en face s’était métamorphosé en un horizon lointain… » 

Quelques mots sur l’auteur : 

Anthony McFly

Né à Bordeaux en 1986, Anthony McFly est professeur de français, d’anglais et d’espagnol. Il a travaillé en Angleterre, en Chine et au Pérou. Le ventre de mes yeux paru en janvier 2018 est son premier roman

Un commentaire Ajouter un commentaire

  1. Auteur moi-même, j’ai lu ce roman avec un plaisir total, je ne peux que le recommander à tous, on est face à de la littérature de qualité.

    Karl-Erick Horlange
    auteur d’  « Agonie d’une passion, Carnets sous l’Occupation (1942-1945) », textesgais, 2018.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s