Mais leurs yeux dardaient sur Dieu – Zora Neale Hurston

zora neale hurston mais leurs yeux dardaient sur dieu

Parution le 13/09/2018
Éditeur : ZULMA

Résumé : Eatonville, Floride. Janie Mae Crawford est de retour. Il lui aura fallu trois existences et trois mariage  avec le vieux Logan Killicks et ses sentiments trop frustres, avec le fringant Joe Starks et ses ambitions politiques dévorantes, avec Tea Cake enfin, promesse d’égalité dans un élan d’amour pour toucher l’horizon de son rêve d’émancipation et de liberté. Fierté intacte, elle revient et se raconte, seigneur des mots et des moindres choses…

Portrait d’une femme entière animée par la force de son innocence, esprit libre bravant la rumeur du monde, Mais leurs yeux dardaient sur Dieu est un monument de la littérature américaine, aussi percutant aujourd’hui que lors de sa parution aux États-Unis en 1937.

Mon avis : J’ai eu beaucoup de peine à rentrer dans le roman à cause de l’utilisation du jargon (anglais noir) fortement utilisé à cette époque et dans ces lieux. J’ai du relire à plusieurs reprises certains passages pour ne rien manquer de l’histoire. Mais une fois la barrière de la langue franchie, les mots en étaient que plus beaux.
C’est l’histoire d’une femme libre, romanesque et pleine de vie dans une Amérique ravagée par l’esclavagisme. Janie est en quête d’une vie, de SA propre vie en s’opposant au conformisme culturelle de son époque.  Elle veut être elle-même, aimé et être aimé. Un roman d’anticipation qui nous submerge et qui frappe notre cœur. Voilà un livre que tout homme doit lire pour comprendre ce qu’est une femme et toute femme doit lire pour pouvoir se comprendre elles-même.

D’une plume magnifique et sans fioriture, Zora Neale Hurston nous livre avec grandeur un chef d’oeuvre du Harlem Renaissance.

Quelques mots sur l’auteure :

hurston-by-carl-van-vechten-van-vechten-trust-47

Romancière et anthropologue, nouvelliste, essayiste et dramaturge, née en 1891 en Alabama, Zora Neale Hurston est l’une des figures de proue du mouvement Harlem Renaissance.

Redécouverte par Alice Walker, Zora Neale Hurston est sans conteste l’une des voix les plus vivantes et inventives de la littérature américaine. Pionnière flamboyante et iconoclaste, adulée de ses lecteurs, revendiquée aussi bien par Maya Angelou, Zadie Smith ou Paul Beatty, elle est, selon Toni Morrison, « l’un des plus grands écrivains de notre époque ».

Mais leurs yeux dardaient sur Dieu livre ici toute sa mesure dans une traduction inédite, magistrale, de Sika Fakambi (lauréate des prix Baudelaire et Laure Bataillon).

♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

Je tiens à remercier les éditions ZULMA pour nous faire découvrir ces pépites de la littérature étrangère. Le travail est long mais la passion demeure immortelle et le résultat est grandiose.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s