La maison – Vanessa Savage

share_temporary2566219346564681998.jpg

Éditeur : Éditions de la Martinière
Date de parution : 07-02-2019

Résumé : La maison où Patrick a passé toute sa jeunesse n’est pas une demeure comme les autres. Quinze ans plus tôt, elle a été le théâtre d’un drame inconcevable : toute une famille y a été retrouvée, massacrée. Patrick garde pourtant des souvenirs irremplaçables dans ces lieux, comme seule l’enfance sait en créer. Il décide de la racheter. Sa femme, Sarah, et leurs deux enfants s’y installent à contrecœur. Le délabrement, l’atmosphère sinistre qui colle à la maison oppressent Sarah. Ses psychoses reprennent, de plus en plus sombres. Des voisins épient chacun de ses mouvements. La tension monte.

Dans ce roman tortueux imprévisible, Vanessa Savage braque la lumière sur chacun des personnages, tour à tour. Patrick, Sarah – et le lecteur – sauront-ils résister à cette infernale spirale du doute et de l’enfermement? Et jusqu’où les entraînera-t-elle?

Mon avis :  Ne dit-on pas que les demeures renferment l’âme de ses habitants? Qu’elles conservent entre ses mûrs le passé de ses femmes, hommes et enfants? Est-ce que si nous prenons le temps d’écouter attentivement son flux d’air ou les craquements de son parquet, nous pouvons entendre la voix de ses secrets? Parfois, les murmures sont doux et remplis de bonté, tandis que d’autres ne sont que cris de détresse et de hurlement d’une vie trop froissée.
C’est malheureusement le cas pour cette maison victorienne de Seaview Road juste à quelques pas de Friars’ Bay au Royaume-Uni. Cette demeure au bord de l’eau où les embruns viennent caresser ses fenêtres a un passé plus que macabre et sera à jamais gravé par l’horreur et les hurlements. En effet, il y a quinze ans de cela, une famille aimante a été retrouvée massacrée. Le tueur est arrêté, il croupit en prison mais la maison garde en elle les cris et le sang trop de fois coulé. Pourtant, c’est ici que Sarah et Patrick décident de prendre un nouveau départ.
Patrick, un homme rangé, a vécu une jeunesse merveilleuse dans cette maison. Il décide de la racheter pour recréer cette atmosphère idyllique avec ses doux souvenirs de jeune garçon. Bien qu’il s’enthousiasme à l’idée d’y revivre, entouré de sa famille. Sarah et leurs enfants, Joe et Mia, sont quant à eux plus que réticents à l’idée de dormir dans la maison du crime – comme les habitants la prénomment. Mais devant la forte insistance de Patrick et ses arguments en béton, Sarah capitule (par amour) et utilise l’héritage de sa défunte mère pour mener à bien le projet de faire revivre cette maison trop longtemps abandonnée.
Le temps passe et les sourires et les joies s’effacent. Est-le demeure qui est à l’origine de ces changements brutaux de comportements? Les murs sont-ils hantés par cette famille massacrée au point de ne plus pouvoir y dormir? Entre le changement d’humeur de Patrick, la peur des enfants et la paranoïa grandissante de Sarah, nous nous retrouvons littéralement enfermés entre ces murs. L’angoisse nous prend sans véritablement nous lâcher.
Sarah se sent désormais épiée, on lui dépose de mystérieux objets sur le pas de leur porte, des jouets d’enfants, des coquillages… Que représentent-ils? Qu’est-ce que cela signifie? Le tueur rode-t-il dans les parages? Aux dernières nouvelles, celui-ci a été libéré de prison. Au fur et à mesure, l’envers du décor nous dévoile un tableau lugubre de trahison et de mensonges à la limite de la folie et de l’enfermement. 

Nous croyons connaître les gens qui nous entourent….

D’une fluide écriture, Vanessa Savage nous lâche dans les méandres de pensées psychotiques. C’est pour moi un très bon thriller psychologique où la manipulation et la perversion s’immiscent dans chaque interstice, dans chaque recoin de cette maison, de ses personnages mais aussi dans notre tête. Ça donne un flou étrange qui rend ce roman plus qu’exaltant.   

 

Un immense merci aux Editions de la Martinière pour cette découverte et cet envoi. Vous retrouverez également mon article sur le site de BePolar et bien évidemment sur mon compte Instagram.

Je vous souhaite une excellente lecture.      

5 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Ah je ne connaissais pas, je note, j’aime les thrillers psychologique donc =)

    Aimé par 1 personne

    1. Alors je te souhaite par avance une excellente lecture car celle-ci mérite vraiment le détour

      Aimé par 1 personne

  2. J’entends beaucoup parler de ce livre depuis quelques temps et il me fait de l’oeil sur l’étalage des librairies à chaque fois que j’y passe. J’adore le thème des vieilles maisons avec leurs histoires intrigantes parfois à la frontière du surnaturel en apparence. Tous les ingrédients d’une bonne recette de thriller psychologique ont l’air présent ^^ Dans tous les cas ta chronique me donne une fois de plus envie de le lire. Bon dimanche !

    Aimé par 1 personne

    1. Merci beaucoup pour ton retour. Ce roman est vraiment angoissant et foncièrement bien écrit. J’ai adoré m’y plonger. Je te conseil vivement de le lire et j’espère connaître par la suite ton avis ☺️

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s