Le mari de mon frère – Gengoroh Tagame

Éditeur : ÉDITIONS AKATA

Résumé :

Tome 1 : Perturbé par l’arrivée de Mike Flanagan dans sa vie. Ce canadien n’est autre que le mari de son frère jumeau! Suite au décès de ce dernier, Mike est venu au Japon pour y réaliser un voyage identitaire dans la patrie de l’homme qu’il aimait. Yaichi n’a alors pas d’autre choix que d’accueillir chez lui ce beau-frère homosexuel, vis-à-vis de qui il ne sait pas comment il doit se comporter. Mais ne dit-on pas que la vérité sort de la bouche des enfants ? Peut-être que Kana, avec son regard de petite fille, saura lui donner les bonnes réponses.

Tome 2 : Entre son nouvel oncle venu du Canada, mais aussi l’arrivée surprise de sa mère, la fillette a de nombreuses raisons de se réjouir ! Mais tout le monde, dans le voisinage ne regarde pas d’un œil bienveillant la venue d’un imposant homosexuel dans le quartier… Une occasion parfaite pour Yaichi, de continuer à remettre en cause ses certitudes !

Tome 3 : Réunissant désormais à se comporter avec son beau-frère de manière très naturelle, il organise à l’improviste un séjour en famille aux sources thermales. C’est à cette occasion que le père de Kana va réaliser à quel point il a déjà évolué. Mais à leur retour, quelques surprises pourraient bien les attendre…

Tome 4 : C’est avec une idée bien précise en tête que Mike s’est rendu au Japon où il a rencontré Yaichi et la petite Kana : pour tenir la promesse qu’ils s’étaient faite avec son défunt mari… Et tandis qu’à l’école de sa nièce, sa venue semble devoir faire des remous, les choses se concrétisent et… Peu à peu, le jour fatidique de son retour pour le Canada semble s’approcher.

Mon avis : C’est dans ce pays de traditions, de valeurs et de patriotisme, que la vie de Yaichi et de sa jeune fille, Kana, va être chamboulée par l’arrivée soudaine de Mike, un grand et costaud canadien, poilu de surcroît, dans leur petite demeure. Mike n’est autre que le mari du frère jumeau de Yaichi, Ryôji, décédé depuis peu au Canada, son pays d’adoption. Par promesse et amour pour son défunt mari, Mike part au pays du soleil levant pour suivre les traces du passé, du patrimoine et de la culture qu’ont façonné depuis de nombreuses années l’amour de sa vie. Il va donc à la rencontre de sa belle famille et, c’est avec naturel et rempli de bonne volonté que Mike, par un beau jour printanier tape à la porte de Yaichi.
Nous allons suivre le périple d’une famille pas comme les autres dans un choc de cultures saisissant et passionnant. Entre les étreintes excessives de Mike avec ses torrents de « hugs » et la pudeur démesurée d’Yaichi. Entre l’hétérosexualité très conservatrice japonaise et la totale ouverture à la canadienne.
Durant tout son séjour, Mike va vivre sous le même toit qu’Yaichi. Ce dernier, légèrement homophobe, ne sait pas quel comportement adopter face à cet homme et s’imagine d’incessantes scènes grotesques face à Mike qui, quant à lui, est totalement décomplexé et plutôt bien dans sa peau. La cohabitation est délicate, remplie de gênes et de silences mais c’est avec la spontanéité et l’inconscience exacerbées et souvent très drôles de Kana que leur relation, petit-à-petit, va prendre une jolie tournure.  Kana est plus qu’heureuse de rencontrer Mike qu’elle nommera très vite « mon oncle », ce colosse est pour elle un trophée qu’elle veut absolument brandir devant tous ses copains d’école. Elle adore toucher les poils de son oncle qu’elle qualifie aisément : d’ours.  Kana se contrefout des messes basses et commérages que suscitent l’arrivée de Mike dans cette tranquille petite ville conservatrice. C’est avec tout son naturel qu’elle questionne sans cesse, même si son père et son oncle ont souvent du mal à y répondre. 

Cette jeune et énergique demoiselle qui vient avec sa franchise et sa candeur arrive en quelques coups de sourire et de naïveté à dédramatiser à souhait l’ambiguïté que les non-dits aiment provoquer.
Ce manga de quatre tomes soulève avec délicatesse et humour les tabous que les homosexuels peuvent essuyer comme par exemple : un gay couche avec tout ce qui bouge…, Il faut faire attention aux enfants quand un gay est dans les parages. C’est peut-être grossier et cliché mais c’est malheureusement encore la vérité. Alors non, un homosexuel ne couche pas avec tout le monde et non, un gay n’est pas un pédophile. Ces quatre tomes démontre avec force et justesse qu’être homo c’est avant tout être humain avec ses forces, ses faiblesses et ses émotions. Tout simplement…

Aucune scène de sexe dans ces tomes. Nous ne plongeons pas dans le cliché et la caricature avec des hommes ultra sexués, androgynes et efféminés. L’auteur nous peint un quotidien parmi tant d’autres. Ils sont musclés, certes, mais ils restent des hommes. Et oui, être gay ne veut pas dire : renier son genre. Quoiqu’il en soit, nous sommes ici dans un schéma familial peu commun au Japon. Yaichi est divorcé et élève seul sa fille car son ex femme travaille énormément. C’est donc lui qui cuisine, fait le ménage, la vaisselle, le repassage etc… et en plus loge un gay… tous les codes sont ici cassés pour le plus grand bonheur de Kana et du nôtre. 

Bref, Le mari de mon frère reste pour moi un manga de référence que tout le monde doit posséder et lire 🙂
1/ Il donne le sourire, apporte des réponses pour certains et ouvre divinement l’esprit pour d’autres.
2/ Ce manga est édité uniquement en quatre tomes (parfait pour le manque évident de place dans notre bibliothèque).
3/ Pour tout ce que j’ai pu vous écrire juste en haut.
4/ Il y a, parsemés ici et là dans l’histoire, des clins d’œil sur les causes LGBT avec de véritables travaux historiques.

Et quoi de mieux que des tissus made in Japan et faire des furoshiki pour vous présenter ces quatre tomes tels de véritables cadeaux. 🙂

ON ADORE !!!!!

Quelques mots sur l’auteur :  Gengoroh Tagame est connu pour ses illustrations homo-érotiques très crues, voire franchement pornographiques, qui reprennent les codes des mangas pour adultes les plus violents. Il est un des rares artistes gay japonais à représenter des scènes aussi crues, avec des rapports sexuels souvent sado-masochistes, barbares ou sanglants, et de récurrentes scènes de viols, dans un contexte militaire ou policier. Les curieux, allez voir sur internet 🙂 

Nous le découvrons ici dans un tout autre registre parlant de du quotidien, de la société et de la famille. FONCEZ !!!!

4 commentaires Ajouter un commentaire

  1. laetitia dit :

    Tu es capable de convaincre une lectrice complètement déboussolée avec le sens de lecture des mangas. Je mets le titre de côté pour réessayer. Il est bon de sortir de sa zone de confort😉

    Aimé par 1 personne

    1. 😍😍😍 merci pour ton message. Oui il est doux de sortir parfois de sa zone de confort. Mais crois moi ça vaut le détour 😊

      J'aime

  2. La demoiselle chocolat dit :

    J’adore ce manga! J’ai eu l’occasion de le lire dans la médiathèque de mon quartier j’ai vraiment aimé. Je pense l’acheter du coup ❤

    Aimé par 1 personne

    1. Merci beaucoup pour ton commentaire. As-tu lu les 4 tomes ?

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s