La fillette au drapeau blanc – Saya Miyauchi

Éditeur : Éditons AKATA
Parution : 12 octobre 2017

D’APRÈS LA VIE DE TOMIKO HIGA

Résumé : Avril 1945, Okinawa. Tandis que le Japon est entré en guerre depuis quelques temps déjà, la petite île tropicale nippone semble encore épargnée par les conflits. C’est là-bas que vit la petite Tomiko, dans la joie et la bonne humeur, malgré l’absence de sa mère. Pourtant, quand les bombardements commencent et que son père doit partir sur le front, son quotidien bascule et… désormais, il lui faudra survivre… Survivre, envers et contre tout !!

Mon avis : Avec ce manga, je viens de faire un bond dans le temps, dans une zone géographique qu’aucun cours d’histoire ne présente. J’ai subi tristesse, compassion, désarroi, peur, angoisse et espoir. Ce mélange inconditionnel de sentiments autour d’une seule et même personne. Une force invisible mais engagée pour cette fillette, Tomiko Higa. Quel âge a-t-elle ? Quoiqu’il en soit elle était bien trop jeune pour vivre et subir tous ces martyres. En l’espace de quelques mois, nous allons suivre Tomiko dans sa fuite. Adieu l’innocence, au-revoir inconscience.

Chère petite Tomiko, tu as, longtemps déjà, perdue ta maman mais tu étais joyeuse en compagnie de tes deux grandes sœurs, de ton frère adoré et de ton papa chéri. Tu étais une perle d’énergie, l’essence même du sourire, tu évoluais avec gaieté dans la maison familiale sur cette merveilleuse île qui porte le nom d’Okinawa, tes yeux étaient riches de découvertes, tu avais soif d’apprendre de ton père, tu adorais jouer avec ton frère, et faire le bébé avec tes sœurs. Bref, cette vie était à toi, elle t’appartenait. Tu étais naïve et tu sais quoi ? Tu aurais dû le rester. Tu étais bien trop jeune quand cette guerre a commencé. Cet acte barbare, inhumain et dénué de sens t’a subitement arrachée de ton petit royaume, ton papa a dû partir au front et tu ne le reverras plus. Tu ne comprends pas ce qui ce passe, tout ce mal, ce sang coulé, ces morts parsemés çà et là. Tu as peur, tu pleures mais tes sœurs et ton frère sont avec toi. Ils te protègent comme ils peuvent. Jusqu’au jour où, dans un trou, blottie contre ton frère adoré, tu trouves un peu de répit et de confort. Tu t’endors dans ses bras, lové dans sa chaleur, mais le matin, au réveil, tu lui découvres les yeux grands ouverts, il a perdu sa vie, il a protégé la tienne. Que s’est-il passé ? Seuls les bombardements et les balles tirées le savent. Tes sœurs et toi devaient laisser le corps de votre frère ici, ce sentiment d’abandon vous inonde mais vous lui faites la promesse de revenir.
Les bombardements de plus en plus proches, de plus en plus conséquents vous feront paniquer. Tu perdras de vue ce qu’il te reste de famille, tes deux grandes sœurs.
Ma chère petite Tomiko, tu vas devoir être forte, tu vas devoir te battre, je sais, tu es jeune, tu n’es qu’une petite fille mais tu as toutes les armes en toi pour survivre. Je te promet que tout va bien se terminer même si tu dois fuir, te cacher, manger à coté de cadavres, essayer de trouver de l’eau potable. Tu vas être effrayé,e fatiguée, épuisée mais un beau jour, tu vas trouver réconfort auprès de deux personnes que tu appelleras grand-parents. Eux aussi, comme beaucoup, ont fui mais comme peu de gens ils ont survécu. Ils sont vieux; elle, elle est aveugle, lui, il lui manque bras et jambes, mais ils vont t’accueillir, vont t’apporter, dans cette grotte, un peu d’amour, de câlins, de joies. Tu vas aider mamie à faire la cuisine, tu vas enlever à l’aide de gros sel les vers qui rongent les moignons de papy.
Un bon jour la guerre va se terminer, tu n’y crois pas et c’est bien normal après tout. Tu vas devoir laisser tes grands parents adoptifs dans leur grotte, ils le savent, ils vont mourir. Mais toi, tu dois vivre petite Tomiko, tu dois vivre pour toutes ces pertes humaines, tu dois vivre simplement. A l’aide de la chemise blanche de papy tu vas sortir de la grotte en brandissent un drapeau blanc.
Tu as peur, tu penses que tu vas être tuée. Mais non petite Tomiko tu vas vivre et retrouver tes sœurs.

Ma chère petite Tomiko, j’ai vécu avec toi, j’ai été bouleversé par ton histoire mais je suis honoré de te connaitre et c’est avec pudeur et délicatesse que je te laisse une jolie place dans mon cœur.

Merci à Saya Miyauchi qui retrace avec fidélité et un long travail de recherches et de documentation la véritable histoire de Tomiko Higa. Son style narratif nous fait vivre l’histoire à travers les yeux de Tomiko et ça nous donne une ampleur merveilleuse et bouleversante.

photo_fillette

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s