La folie Tristan – Gilles Sebhan

Parution : 02 janvier 2019
Éditeur : Éditions du Rouergue

Résumé : Dans cette petite ville secouée par les disparitions tragiques de plusieurs enfants, un vieil hôpital constitue le nouvel épicentre. C’est là que le lieutenant Dapper, qui vient de retrouver son fils et de tuer son ravisseur, se trouve hospitalisé après une blessure par balle. Là que Théo est examiné par médecins et psychiatres pour évaluer son état après trois mois de captivité. Là encore que planque un journaliste dépêché par sa rédaction pour écrire sur cette affaire au dénouement aussi heureux qu’imprévisible. Or, Dapper, qui a remué ciel et terre pour sauver Théo, se découvre incapable de renouer les liens avec son fils. Au contraire, son propre passé d’enfant abandonné, trimbalé de foyer en foyer, l’envahit. Il décide d’enquêter sur les mystères qui entourent sa naissance. Sans se douter que la folie vers laquelle son fils dérive, ni que de nouveaux événements sont sur le point de meurtrir la ville.

Mon avis : Comment ne pas sombrer dans la folie après avoir lu ce roman.
Hanae, tu y vas un peu fort! Me dira-t-on. Et bien croyez-le ou non. Ce roman dévoile une force insoupçonnée qui a su me prendre par les tripes et ne plus me lâcher. Ce roman dégage une atmosphère lourde de sens. Le combat de ce père pour retrouver son fils, ce fils absent, perturbé et traumatisé. Ce passé qui resurgit, qui se réinstalle et qui dévoile la face sombre que Dapper a mis des années à dissimuler.
L’immersion dans la folie, cet aller simple dans les méandres de ce que l’humain peut avoir de plus noir, de ces secrets trop longtemps enfouis et de ces traumas lorsqu’ils nous arrivent en pleine poire. Ce dur et savant mélange alliant une écriture pointilleuse et haletante nous révèle une lutte pour l’amour de son enfant mais aussi une lutte contre soi.

Bref ! Lisez ce roman et imprégnez-vous de sa force et de sa conviction. La folie vous guettera, j’en suis persuadé.

 

Dans ce merveilleux roman de Gilles Sebhan, tout commence au pied d’un arbre de pierre, dans la ville ancienne, tout conduit au secret du cœur des pères, tout ramène aux origines. Et si l’innocence constituait la plus grande des cruautés ? 

 

Extrait choisi : (À sa grande surprise, Dapper se met à parler des difficultés qu’il éprouvait à communiquer avec le nouveau Théo. C’est l’impression qui lui vint. Il évoqua le mal qu’il avait à faire sortir l’enfant de sa chambre. Le regard farouche que ce dernier lui opposait à table. Et pour répondre à l’allusion du thérapeute, il expliqua que son fils avait refusé de revenir pour une consultation, se mettant dans une colère noire dont il n’avait pas l’habitude. Vous avez l’impression que son enlèvement l’a changé ? Et sans lui laisser le temps de répondre, le médecin ajouta : Comment voudriez-vous qu’il en soit autrement ? Il se leva pour aller chercher l’ouvrage dans sa bibliothèque. Je vous ai dit que Théo avait du mal à exprimer ses sentiments négatifs envers ses ravisseurs. Je sais qu’il a assisté à des scènes très violentes et que pour le sauver, vous avez dû supprimer son agresseur. Il est possible qu’inconsciemment il en ait conçu une peur à votre égard. D’où vos difficultés relationnelles avec lui depuis son retour… L’homme s’interrompit car on venait frapper à la porte. Il posa son livre devant Dapper et sortit quelques instants…) 

Un commentaire Ajouter un commentaire

  1. lebouquinivre dit :

    Je partage ton avis! J’ai juste adoré !!!

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s