Grand père – Jean-Louis Costes

Parution : 13 juin 2019
Éditeur : Editions RING

Résumé : La folle vie du grand-père de Costes, Cosaque sabrant les moujiks dans la steppe, légionnaire décimant les Berbères, bagnard en Guyane, finissant dans un HLM de banlieue à taper sa femme. Les Rouges ont massacré sa famille. Resté seul, le jeune Arménien rejoint les « Cosaques bouffeurs de cocos ». Commence alors une cavalcade aventureuse à travers l’Europe; l’Afrique du Nord et la Guyane, à travers un monde où l’innocence finit toujours les tripes à l’air.

Mon avis : Il y a des livres que l’on peut qualifier d’inclassables. Des romans qui, après la lecture vous laissent un étrange goût dans la bouche. Un goût amer, un goût acide et même ce goût ci caractéristique du sang. C’est une saveur qui reste et que l’on a du mal à faire partir.
La mécanique générale, la collection poche des éditions RING a eu la brillante idée de rééditer en version non-censurée le roman de Jean-Louis Costes Grand-père. Je tiens à préciser que ce roman n’est pas à mettre dans les mains de tout le monde. Il est bon de stipuler que ce livre est pour un public averti. Je t’ai prévenu 🙂
Ce roman soulève tout un tas de questions et remue, comme de la merde, une flopée de tabous. Oui, autant être dans le cru pour un roman qui prône le cru et le cul. Ces pages sont noircis à l’acide, ces mots sont balancés sans gêne, sans douceur sans aucune fioriture pour nous décrire un homme sans la moindre once d’humanité. L’autre nous peint avec un pinceau en poil de cul son grand-père. Immigré arménien, parasite, clodo et qui, par tous les pores de sa peau, schlingue le sang, le sperme et la merde. Sa vie, à ce connard de grand-père n’est faite que d’horreur, de meurtres et de viols. « Bon papa qui pique », « Tripes-caca-sang » sont des mesures qui rythme le roman. Ils sont la voix de Jean-Louis Costes qui nous raconte, nous conte ce grand-père Garnick de son patronyme, guerrier Cosaque pogrom, pogrommer et programment qui, de l’Arménie à la Russie en passant par la Guyane, l’Afrique du Nord et j’en passe, va tuer, torturer, violer, assassiner sans aucune pitié pour terminer à Paris où il n’est plus rien. Cet homme devenu depuis trop longtemps un monstre est décrit avec une telle intensité, qu’elle fait mal.

Je n’ai jamais rien lu de semblable. Ce roman de 270 pages est écrit avec une force inhumaine qui vous balance de l’acide en pleine poire. L’écriture y est écorchée, vive, corrosive, trash et brutale. Je souhaite mettre en garde, cela ne tiens qu’à moi, Grand-père de Jean-Louis Costes n’est pas à mettre entre toutes les mains. Si tu aimes le feel-good passe ton chemin. Par contre, si tu adores les sensations fortes, ce roman est fait pour toi.

Jean-Louis Costes est un génie. Un grand écrivain de l’underground.

Extrait choisi : « Bravo Bon-Papa-qui-pique et tes potes! Vingt mille bornes de pogroms aller-retour sans discrimination. Toutes races, toutes classes confondues. Vous avez enculé toute l’humanité avec justice et générosité. Et toujours la moustache fringante et les couilles rechargées à chaque étape! Même pour une vielle au con sec quand, au retour, la vierge se faisait rare. Vous fûtes les derniers Huns, purs pourfendeurs d’hommes. Éradiquer la sale humanité comme on dératise, voilà tout. Cela heurte le corps et la morale mais ça fait du bien à la tête du petit-fils Cosaque qui se fait chier en 1970 dans l’appart pépère moquette chauffage central, et qui rêve de tout massacrer en se branlant en cachette dans les chiottes. Comme tu me fais peur et comme tu m’attires, moi le planqué frustré de l’An 2000 ! Comme je t’envie, Bon-Papa-qui-pique ! Que mon père, ma mère, ma sœur meurent, et que je parte les venger !  »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s