Publié dans littératures françaises

Un dissident – François-Régis de Guenyveau

Un dissident

Résumé : Partout, au cœur des sociétés d’opulence, naît le rêve d’un homme nouveau : de tous les possibles, où l’Homme s’affranchirait enfin des limites de la nature. Christian jeune prodige scientifique, veut y prendre part. Il va participer à un projet de grande envergure : façonner l’homme de demain. Mais face à un tel enjeu, dans la solitude de son bureau, Christian s’interroge. Inadapté, incapable de nouer des relations, il se heurte à sa propre énigme. Et si la science n’était pas le seul moteur de l’évolution humaine?

Mon avis : J’ai acheté ce livre totalement par hasard. Le synopsis m’intriguait et je me suis dit : « Pourquoi ne pas essayer un nouveau genre littéraire, sortir un peu de mes sentiers battus et découvrir d’autres plumes ». Et bien, à ma plus grande joie, je n’ai pas été déçu un seul instant. L’histoire commence par une famille plutôt bien sous tous rapports mais qui cache cependant quelques failles. Christian jeune surdoué a pour père Bruno, un homme bohème qui n’a d’yeux que pour sa voiture de collection, un personnage plutôt plat, en outre assez simple, et d’une mère Natasha qui, elle, a une personnalité plus complexe. D’une beauté froide et distinguée descendante d’une famille d’aristocrates. Si l’amour pour son mari laisse clairement à désirer, la passion pour son fils unique est quant à elle, une évidence absolue. Christian a grandit dans un petit patelin dans le sud de la France, un garçon très doué en classe et un véritable don pour les matières scientifiques. D’une curiosité quasi indomptable, il se passionne pour n’importe quelles sciences. Il y a aussi son ami Martin, jeune homme turbulent et malgré leur début difficile, ils vont se lier d’une belle amitié qui va les accompagner durant de très nombreuses années. Je vous passe certains détails pour nous projeter directement aux États-Unis. Christian est maintenant un jeune adulte et travaille dans une société qui a pour grand projet de créer l’Homme de demain. À force de travaux acharnés, d’heures cumulées Christian s’oublie, aucune relation amoureuse, aucune vie sociale, il ère dans son bureau avec toujours le même but. Être le précurseur de ce projet d’une grande envergure. Par chance son ami Martin est là, devenu artiste parisien, il collectionne les conquête et les plaisirs de la chair. Deux personnalités aux antipodes mais qui à eux deux forme un tout.
Ce roman ne m’a pas bouleversé loin de là mais il nous mène doucement à nous poser certaines questions :
Qu’elle est la place de la science dans notre société?
La science a-t-elle réponse à tout?
Peut-elle nous remplacer définitivement?
Où se trouvent les véritables relations humaines dans tout ça?
Ce roman reflète bien la société dans laquelle nous évoluons chaque jour.
Le style y est limpide, bien structuré et l’histoire bien ficelée. Les personnages ont une psychologie complexe, leurs différences donne du corps aux dialogues. La narration est dominante et va droit au but sans fioritures ni artifices. C’est juste ce qu’il faut pour ce genre de littérature. J’ai donc trouvé ce roman très agréable, une jolie nouveauté qui a depuis pris place dans ma bibliothèque.  😉

Extrait choisiÀ neuf ans, il s’exprimait comme un adulte, toujours maître de lui-même. Mais pour la première fois, il déballa les méchancetés qui s’accumulaient dans son cœur, décida de dire ce qu’il pensait vraiment, d’avouer qu’il n’avait rien en commun avec cette espèce de débile.Martin cessa d’appuyer sur tous les boutons de la machine. Son cœur s’emballa, ses narines se dilatèrent, son sang afflua dans la partie supérieure de son corps et colora son visage. Il lâcha l’outil et, totalement désinhibé, fonça sur Christian. Celui-ci se leva d’un bond et courut aussi vite que possible dans la direction opposée, sous les trombes d’eau. Le joufflu continua de le poursuivre pour sauver son honneur, mais commença à perdre de la distance. Alors il tenta le tout pour le tout, donna une dernière énergie à ses jambes et jeta son pied en avant pour faire perdre l’équilibre à son adversaire.Interrompu en pleine course, Christian trébucha et glissa sur toute la longueur du remblai qui délimitait l’espace de jeu, près des platanes. La chute fut brutale. À cause du crépitement de la pluie, on n’entendit pas le crac de sa jambe, mais on pouvait voir l’os transpercer la peau. Christian laissa échapper un cri presque animal. Les collectionneurs de Panini et les surveillants affluèrent pour voir le triste spectacle, près du bac à sable des maternelles. Avec sa jambe à angle droit, Christian ne pouvait plus bouger. Ses baskets bavaient dans la gadoue.On appela la directrice. La directrice appela les secours. Le véhicule radio médicalisé n’était pas conçu pour passer dans les rues inondées. Une heure après le drame, on arriva enfin sur les lieux avec un fourgon de secours routier, peu équipé pour ce type d’accident. Le médecin sapeur-pompier constata la double fracture.

Quelques mot sur l’auteur : François-Régis de Guenyveau est un jeune homme de vingt-huit ans sortant d’une école de commerce. Il se passionne pour l’écriture. Un dissident est son tout premier roman paru aux éditions albin michel. Il écrira également une comédie musicale qui sera jouée aux folies bergère à Paris.

J’espère que mon article vous a donné envie de lire ce roman. Si c’est la cas n’hésitez surtout pas, offrez-le vous ou faites-vous le offrir 🙂

Amicalement vôtre

Hanae

Publié dans Mes rencontres

Rencontre avec un auteur – Amélie Nothomb

Amélie Nothomb et moi

Bon, tout le monde connait Amélie Nothomb, nul besoin de lui tirer le portrait ou de rédiger son autobiographie. On le sait tous, Amélie Nothomb est reconnue depuis désormais une bonne vingtaine d’années à être une écrivaine extrêmement prolifique qui, comme un métronome, publie chaque année pour chaque rentrée littéraire un roman et toujours aux éditions Albin Michel. Qu’elle est également reconnue pour être très proche de ses lecteurs et qu’elle en apprécie leur relation épistolaire. Moi-même, j’ai une relation de ce genre avec Amélie ;-). Je consacre un article sur elle car, en fouillant un peu dans ma mémoire, je réalise que c’est grâce à cette auteure que j’ai repris goût à la lecture, à en apprécier ses effets et délecter mon imagination de toutes ces histoires.

En effet, j’ai le souvenir que, quand j’étais au collège dans la classe de sixième que ma vielle prof de français nous donnait comme lecture du Stendhal, du Kafka et du Baudelaire le français devenait soudain une langue venue d’une lointaine galaxie et mon esprit quant à lui… plongeait dans le néant. Mais comment, à l’âge de 10/12 ans apprécier ces classiques de la littérature? A moins d’être surdoué… Ce n’était pas mon cas. Donc pour moi l’image de la littérature à cette époque était… comment dire! ENNUYEUSE. Rassurez-vous, je me suis rattrapé depuis le jour où j’ai lu l’hygiène de l’assassin d’Amélie Nothomb. J’ai tout simplement dévoré ce livre en une seule journée, j’ai été totalement bouleversé par l’histoire, l’écriture et les personnages. Une véritable révélation pour moi. Cet été-là, j’ai le souvenir d’avoir acheté tous les romans parus d’Amélie et comme un boulimique en pleine crise, j’ai dévoré toute son oeuvre. Cosmétique de l’ennemie, biographie de la faim, ni d’Adam ni d’Eve etc… c’était juste INCROYABLE.  Il est important d’honorer le roman qui nous a marqué. De le ressortir des placards et de le sublimer comme il se doit. Donc oui, mon médium, mon facteur déclencheur, mon électrochoc littéraire fut Amélie Nothomb. C’est désormais grâce à elle que ma bibliothèque déborde de romans en tous genres, que ma curiosité est toujours suscitée. J’aime son style fantasmagorique. Ma bibliothèque se doit de toujours accueillir le dernier Nothomb.

Amicalement vôtre

Hanae

Publié dans littératures françaises

Vous connaissez peut-être – Joann Sfar

Joann sfar-vous connaissez peut-être

Roman paru aux éditions Albin Michel

 

Résumé : Au début il y a cette fille, Lili, rencontrée sur Facebook. Ça commence par « vous connaissez peut-être », on clique sur la photo de profil et un jour, on se retrouve chez les flics. J’ai aussi pris un chien, et j’essaie de lui apprendre à ne pas tuer les chats. Tant que je n’aurai pas résolu le problème du chien et le mystère de la fille, je ne tournerai pas en rond. Ça va durer six mois.

Mon avis: Je connaissais cet auteur uniquement de nom mais quelle agréable découverte. Un roman aux notes humoristiques fait d’histoires vraies et vécues vaut quand même le détour. Ce roman s’articule sur une relation totalement fantasque avec Lili rencontrée via Facebook. Cela engendrera une relation épistolaire dont le fou amoureux ne la rencontrera que par l’intermédiaire de sa photo de profil et quoi de plus logique que de prendre un chien pour panser cette frustration. Un chien psychologiquement instable qui n’a qu’une seule passion dans la vie, bouffer les chats. Comme je vous le disais plus haut, je ne connais pas cet écrivain mais en lisant ce roman, j’avais une net impression de le connaitre, il nous parle à la première personne des dangers des réseaux sociaux, de sa vie d’artiste, de sa passion du dessin, de la famille, du rapport à la judaïté dans un méli-mélo joyeusement fantasmagorique. L’écriture y est agile et très maîtrisée. En bref, un livre de qualité et qui donne le sourire.

Extrait choisi: Lili a demandé qu’on se mette en couple sur Facebook. Je crois que j’ai accepté par culpabilité, parce qu’elle est malade. Tu parles. Ça m’arrange aussi pour éviter de regarder en face ma vie intime. Car évidemment, dès que vous vous retrouvez célibataire, vous savez que vos amis et connaissances vont passer leur temps à vous demander comment ça va. On ne peut jamais répondre la vérité à cette question. Alors je réponds :  » Je suis avec une Israélienne. Elle est folle. Elle s’appelle Lili. Oui, on s’est vus juste une fois, quand elle est venue sur Paris. Non je ne sais pas si c’est sérieux, mais c’est une jolie histoire qui débute. Oui, il y a plein de problèmes, elle a des soucis de santé, je ne sais pas où l’on va, mais ça nous fait du bien de nous parler, on verra bien. »

J’espère sincèrement que mes articles suscitent votre curiosité. N’hésitez pas à me laisser des commentaires et d’en apprécier le contenu. Un grand merci à vous tous. Je suis également sur Instagram. Je vous invite à y faire un tour 🙂 c’est juste ICI

Amicalement vôtre

Hanae