Publié dans polar

Le manufacturier – Mattias Köping

Éditeur : RING
Parution : 25 octobre 2018

Résumé : Le 19 novembre 1991, une poignée de paramilitaires serbes massacrent une famille à Erdut, un village de Croatie. Laissé pour mort, un garçonnet échappe aux griffes des tortionnaires, les Lions de Serbie. Un quart-de-siècle plus tard, l’avocate Irena Illić tente de remonter la piste jusqu’à la tête du commando, le sinistre Dragoljub.

Le 1er avril 2017, les cadavres d’une femme et de son bébé sont retrouvés dans la banlieue du Havre, atrocement mutilés. Niché dans le dark Web, un inconnu sous pseudonyme revendique le double meurtre et propose les vidéos de ses crimes à la vente sur son site internet… Depuis quand sévit-il ? Prêt à transgresser la loi, le capitaine de police Vladimir Radiche s’empare de l’affaire qui sème la panique sur le pays, au risque de voir l’inimaginable s’en échapper.

Les deux investigations vont se percuter avec une violence inouïe. L’avocate et le flic ont des intérêts divergents et se livreront une guerre sans merci. Emportés dans l’abîme du terrifiant conflit yougoslave, les enquêteurs évoluent dans un vertige noir, gangrené par la violence et la corruption, où les plus pourris ne sont peut-être pas ceux que l’on croit. Crimes contre l’humanité, meurtres en série, fanatismes religieux, trafics entre mafias sans scrupules, l’étau se resserre au fil des chapitres. Les égouts de l’Histoire finiront par déborder et vomir des monstres, trop vite oubliés.

ALERTE : GROS COUP DE FOUDRE EN PLEINE POIRE. CE ROMAN EST UN UPPERCUT QUI M’A MIS K.O.

Mon avis : il y a des romans qui arrivent, on ne sait jamais réellement comment ni pourquoi, à vous procurer un véritable et vertigineux ascenseur émotionnel. Les facteurs y sont nombreux et la sensibilité est propre à chacun. J’ai trouvé dans LE MANUFACTURIER mon grand huit, mes montagnes russes qui ont su, sans aucune extrapolation, me mettre K.O.
Je tiens à préciser une chose, et ceci est mon humble avis : LE MANUFACTURIER est un roman qui ne peut être mis dans n’importe quelle main. Outre le style très corrosif de Mattias Köping, les histoires sont inspirées de faits réels, la narration quant à elle, nous balance sans préambule dans ce qu’il y a de plus ignoble, de plus barbare chez l’Humain. Les scènes de crimes (elles sont nombreuses) sont d’une atrocité sans égal. Ce roman est un cocktail d’une série de rebondissements savamment maîtrisés; les détails vous sont balancés tel un crachat d’acide en pleine figure. Il faut être bien accroché pour supporter de telles horreurs. Mais c’est incontestablement là que se trouve le talent de Mattias Köping. L’auteur arrive, je ne sais pas quel artifice, à vous capter, à vous subjuguer tout en franchissant sans complexe les limites de l’acceptable. Rien, absolument rien dans ce roman n’est linéaire, platonique. On s’accroche comme on peut à une barque avec cette angoisse omniprésente de chavirer.

Nous sommes en présence, ici, d’un incommensurable melting pot de violences, de prostitutions, de drogues, de meurtres et de conflits. C’est un étalage de guerres historiques, de corruptions mais aussi de tripes et boyaux. Tout pousse votre subconscient à vous tenir le ventre d’une main puissante pour ne pas vomir l’horreur que l’être humain peut infliger.

Mattias Köping joue avec nos nerfs et réussit avec justesse à manipuler nos sentiments. Tel le jeu du chat et de la souris, je me suis surpris à « aimer » un psychopathe et détester un flic. Mais il a suffit de tourner une page et l’espace d’une fraction de seconde j’ai ressenti tout le contraire. Bref ! La palette des émotions prend ici des formes et facettes insoupçonnées. Et je ne vous parle même pas des suspens omniprésents et des revirements de situations incroyables. Si tu es comme moi, à te poser des milliers de questions pour deviner qui est le tueur ou essayer de mettre au grand jour une enquête alors je te conseille de : passer ton chemin ou dignement te laisser guider par le style hors pair de Mattias Köping.

LE MANUFACTURIER : LE THRILLER PAR EXCELLENCE