Publié dans polar

La punition qu’elle mérite – Elizabeth George

Date de parution : 07 mars  2019
Éditeur : Presses de la cité 


Résumé : Ludlow, bucolique bourgade du Shropshire, tombe dans l’effroi lorsque le très apprécié diacre Ian Druitt est accusé de pédophilie. Placé en garde à vue, le suspect est retrouvé mort, pendu. 
La commissaire Isabelle Ardery, qui a été dépêchée sur les lieux depuis Londres et qui se débat avec ses problèmes d’alcool, a bien envie de classer l’affaire en suicide. Mais c’est sans compter la sagacité du sergent Barbara Havers. Coachée à distance par l’inspecteur Thomas Lynley, la Londonienne gaffeuse et accro à la nicotine flaire le pot aux roses : et s’il ne s’agissait pas d’un suicide ? N’en déplaise à Isabelle Ardery, Lynley et Havers vont reformer leur duo de choc pour observer de plus près la vie de cette petite ville qui semblait si paisible. Car, derrière leurs allures de gentils retraités ou d’étudiants fêtards, les habitants de Ludlow ont tous quelque chose à cacher…

Mon avis : Elizabeth George nous revient avec un vingtième opus pour mon plus grand plaisir. Toujours en compagnie de ses acolytes tels que : Thomas Lynley, Barbara Havers, Nkata, Isabelle Ardery de Scotland Yard et bien d’autres encore. Et comme toujours avec cette autrice américaine, l’histoire se déroule en Angleterre et toujours sous forme de gros pavé. Bref, c’est sa marque de fabrique, son cocktail qui fonctionne depuis maintenant de très nombreuses années.
Nous partons ici pour la petite ville de Ludlow ou Ian Druitt, un diacre est arrêté pour pédophilie. Le pauvre homme, lors de son arrestation se suicide. Peut-être est-ce un homicide déguisé en suicide ?
L’histoire se déroule en deux parties, la première, le sergent Barbara Havers est envoyé dans la petite ville de Ludlow avec sa supérieure hiérarchique Isabelle Ardery pour étayer la thèse du suicide mais quelque chose cloche, un « je ne sais quoi » qui titille la curiosité du sergent Havers qui souhaite pousser un peu plus l’enquête. Isabelle Ardery, quant à elle, souhaite tout autre chose. Son esprit patauge entre ses problèmes familiaux et son rapport très fusionnel avec l’alcool. Statu quo sur le meurtre du diacre. Faute de temps et de moyens, elles retournent sur Londres.

En deuxième partie, et pour plusieurs raisons, ils doivent retourner enquêter ; Isabelle Ardery étant de mauvaise aide, c’est notre duo de choc qui retrouve les habitants de Ludlow. Thomas Lynley, homme de haut rang et d’une élégance sans borgne, collabore avec Barbara Havers, femme brouillon, fumeuse compulsive adepte de la junk food et jouant – sans le vouloir – avec la hiérarchie. L’enquête n’avance pas, aucune preuve, aucun indice malgré leur suspect numéro 1, l’îlotier qui fait régner l’ordre et le calme lors des soirées étudiantes un peu trop arrosées. Qui est-il après tout ?

Nous sommes ici dans une espèce de huis clos. Tout le monde à Ludlow se connaît, tout le monde sait, mais beaucoup se taisent. Beaucoup d’histoires s’entremêlent, se croisent, s’entrechoquent parfois. On pense parfois perdre le fil mais il suffit d’un rien avec Elizabeth George pour nous remettre sur les rails de l’angoisse et du suspense.

J’ai trouvé cependant que le rythme était parfois un peu lent, il y a certaines longueurs qui s’immiscent dans le flux de l’histoire et qui donnent une certaine redondance mais cela n’entrave en rien la qualité de l’écriture, de l’histoire et de l’évolution de l’enquête malgré le manque d’action. Elizabeth George a le don de tenir le lecteur en haleine. Nous n’avons qu’une envie, celle de connaître le dénouement et celui-ci, vous pouvez me croire, va bien au-delà de mes attentes. Je tiens aussi à soulever un point non négligeable. Dans ce roman, plusieurs clins d’œil sont parsemés ici et là de ses précédents livres mais cela ne fait partie d’aucune suite, tous les romans d’Elizabeth George peuvent être lus sans respecter d’ordre chronologique et je trouve ça très agréable. Bref, ce roman n’est pas un coup de cœur mais une très bonne lecture. Une chose est évidente, Elizabeth George n’a plus besoin de prouver quoique ce soit en matière de littérature policière. Elle maîtrise divinement l’art du polar

 

Publié dans polar

L’étranger dans la maison – Shari Lapena

dsc_00671259264827348465060.jpg

Parution le : 17-01-2019
Éditeur : Presses de la cité

Résumé :  Mariés depuis deux ans, Karen et Tom ont tout pour être heureux : un train de vie confortable, un pavillon coquet, des projets d’avenir. Un soir, quand Tom rentre à la maison, Karen s’est volatilisée. Alors qu’il commence à paniquer, Tom reçoit une visite de la police : son épouse a été victime d’un grave accident de voiture, dans un quartier malfamé où elle ne met d’ordinaire jamais les pieds. À son réveil à l’hôpital, la jeune femme a tout oublié des circonstances du drame. Les médecins parlent d’amnésie temporaire. En convalescence chez elle, Karen est décidée à reprendre le cours de sa vie. Sauf que quelque chose cloche. Elle sait que, depuis quelques mois, quelqu’un s’introduit en leur absence dans la maison…

Mon avis : Nous croyons souvent qu’avoir une belle maison, une situation confortable et une femme ou un homme qui nous a dit « oui » pour la vie et qu’on aime en retour sont les ingrédients essentiels et indispensables pour une vie droite et épanouie. N’est-ce pas ces vies lisses et édulcorées qui cachent le plus souvent des secrets inavouables ? Ou ces trompeuses apparences se cachent sous des insignifiantes parties de notre quotidien. Mais il suffit d’un moment, d’une simple soirée en somme banale pour que le voile se lève sur une réalité bien plus angoissante… Rideau !!!!
C’est le cas pour Tom et Karen. Il n’a suffit de pas grand chose pour que tout bascule et que leur vie prenne un tournant à 360° et change totalement l’ordre de leur petite vie rêvée.
Un soir, alors que Tom rentre de sa journée de travail, il découvre avec surprise que la maison qu’il partage avec sa femme Karen est vide malgré les lumières allumées, le repas en cours de préparation. Une maison vivante sans personne pour y donner une véritable âme… Tom s’agace, il s’inquiète puis il a peur. Où se trouve sa femme ? Elle n’a pas pu s’enfuir de la maison en laissant tout ce bazar. Ce n’est pas son genre, elle qui est si rangée, si organisée sans aucun accroc. Après quelques coups de téléphone, pris dans l’urgence de la panique, Tom réalise avec effroi par le biais d’inspecteurs de police, qui sont venus taper à sa porte, que Karen a eu un grave accident de la route. Sa voiture, roulant à toute vitesse, a percuté un poteau dans un quartier sombre de New-York où en parallèle un cadavre est trouvé dans un restaurant abandonné. Elle est à l’hôpital, atteinte d’une amnésie temporaire… Elle ne se souvient de rien.

Que faisait-elle dans cet endroit? Pourquoi roulait-elle aussi vite?

Tom se questionne : il va réaliser avec le temps que d’autres questions vont faire surface et que certaines réponses vont être comme un poignard saignant son cœur. Leur couple se fissure. Karen, depuis son retour de l’hôpital, voit des objets qui mystérieusement bougent dans leur maison. Un verre déplacé, un dessus de lit froissé, le bouchon d’un flacon de parfum déposé sur le côté. Sont-ce de simples oublis dus à son amnésie ? Karen est persuadée du contraire. Peut-être que quelqu’un rentre chez eux en leur absence. Une enquête en cours fait resurgir un passé pas très glorieux de Karen que Tom se prend en pleine figure…. Vont-ils arriver à surmonter tout ça ? Qui se cache derrière l’étranger de la maison ?

Un lien sera vite établi entre Karen, son accident et le cadavre d’un homme…

En bref : Je ne connaissais pas cette autrice Shari Lapena et j’en suis agréablement surpris. D’une écriture qui nous prend aux tripes, rocambolesque à souhait, Shari Lapena manipule le lecteur avec talent pour le conduire dans des contrées lointaines, et le ramener subitement et sans s’y attendre, là où elle l’a décidé. Un roman débordant d’angoisse et de suspense qui une fois terminé, vous oblige à surveiller vos arrières 😀

Cependant et malgré une lecture surprenante et stressante (nous aimons cela dans le polar, qu’on se le dise), je n’ai pas eu LE coup de cœur. Je ne sais pour quelle raison mais elle ne tient qu’à moi. Je suis persuadé que ce roman sera LE coup de cœur absolu d’un bon nombre de lecteur